Le Fil Rouge

fil_rouge_affLe Fil Rouge (création 2009)
Médiums : Théâtre, danse contemporaine
Sujets : La marginalité, les labyrinthes de la vie
Mythe : Le labyrinthe crétois

Premier projet de Mythomanie, Le Fil Rouge raconte le récit du célèbre mythe grec. Du règne du roi Minos de Crète au suicide d’Égée, roi de Grèce, en passant par le Minotaure, la construction du labyrinthe et les amours de Ariane, Thésée et Phèdre. Aucun mot. Beaucoup de musique – une fusion entre du classique et du moderne, de danses et de poésie. Des thèmes puissants et universels comme la naissance, la passion, l’abandon, le viol, l’enfermement, la situation de l’artiste, le handicap et la marge, la mort, la raison contre le plaisir et la trahison. Des chorégraphies s’enchaînant dans une représentation théâtrale très visuelle et très poétique.

Nul symbole, nulle personne ne sont tous noirs ou tous blancs. L’homme est complexe et nulle voie n’est tracée d’avance comme la bonne ou la mauvaise pour lui. La vie se traverse comme un labyrinthe, avec ses embuscades et ses fausses routes, ses apprentissages et son lot d’expériences. Le temps tisse sa toile, imperturbablement.

La politique (Minos) et la religion (Pasifaée) faisaient ménage prospère jusqu’à ce que la justice (Poséidon) décide de punir leur union. Le viol survient d’un agresseur pensant bien faire sur une victime tachée des crimes de la surconsommation et de négligence envers l’environnement. La population voit l’agression et s’en détourne. La religion (Pasifaée) tient désormais en son sein un enfant non désiré et se questionne sur le choix de l’avortement. Un enfant difforme naît (le Minotaure) malgré tout et, parmi les incompris et les marginaux, se fait persécuter jusqu’à la prison, par la Justice (Poséidon). La politique (Minos) déclenche, pendant ce temps, une guerre avec un bouc émissaire (Égée) qui devra sacrifier les siens. Un anti héros se présente alors pour les libérer (Thésée).

Séduit à la fois par la figure de la Révolte (Ariane) et celle de la Vertu (Phèdre), il sort victorieux d’avoir condamné un innocent (le Minotaure) mais trahit et abandonne la Révolte (Ariane) pour la Vertu (Phèdre). La Révolte trouve une fin heureuse en épousant les Arts et Excès (Dyonisos) tandis que le bouc émissaire ou roi du Renoncement (Égée-Minos) décide de se suicider en croyant ses espoirs et son héros morts.